Site officiel de la mairie de Gluiras

  • Site officiel de la mairie de Gluiras
  • Site officiel de la mairie de Gluiras
  • Site officiel de la mairie de Gluiras
  • Site officiel de la mairie de Gluiras
  • Site officiel de la mairie de Gluiras
  • Site officiel de la mairie de Gluiras
  • Site officiel de la mairie de Gluiras
  • Site officiel de la mairie de Gluiras
  • Site officiel de la mairie de Gluiras

Accueil du site > Pages Annexes > La Fargatte

La Fargatte

Le hameau de la Fargatte se trouve à 5 km du "bourg", sur la route de Saint-Sauveur-de-Montagut.

La Fargatte Perché sur une crête de montagne, le hameau offre à ses visiteurs de merveilleux points de vue sur la vallée de Glueyre, celle de l’Eyrieux, le rocher Saint-Jean et au loin, pas moins que les Alpes et le Vercors jusqu’au Mont Ventoux.

Pour comprendre la Fargatte maintenant, il faut bien sûr se pencher sur son passé.

Comme Gluiras le village, le hameau de la Fargatte a vécu la disparition progressive de sa population : à la recherche de travail dans les vallées, les familles ont quitté le hameau, abandonnant ainsi la vie au hameau et les difficultés quotidiennes de la vie sur ce coin de terre.

Pendant longtemps, la Fargatte a profité de sa situation, à mi-chemin entre Saint-Sauveur-de-Montagut et Gluiras, qui comptait alors de nombreux habitants. Les échanges commerciaux étaient nombreux entre les deux villages, et la Fargatte, plus qu’un relais était le carrefour de voies reliant plusieurs hameaux aux alentours.

La Fargatte, zoom sur le hameau
Il y avait ainsi une ligne régulière en mini bus, avec une halte à la Fargatte, et dans un de ces "bistrots" qui désaltéraient les voyageurs. Le chauffeur permettait le transport de la population mais aussi d’objets divers, commandés dans un magasin et livrés par le bus. Ce bus était un important facteur d’activités, d’échanges commerciaux et de retombées positives pour la Fargatte, il répondait à de nombreux besoins.

Outre son épicerie, son magasin de chemises avec ses ouvrières, il n’y avait pas un seul bistrot à la Fargatte, mais bien cinq en tout, tous très visités et avec leurs habitués… surtout le dimanche, jour de repos. Ces bistrots étaient de vrais lieux de rencontre et de fête. On buvait surtout du vin car souvent le tenancier était aussi récoltant et détaillant en vin, un vin pas très fort, 8 degrés seulement…

Dans les années 50, on improvisait des pas de danse sur des airs d’accordéon, on faisait des jeux, belote ou pétanque, et histoire de se réunir encore plus, du théatre et des courses de chèvres étaient organisés.



Site réalisé avec la solution Web-collectivités de l'ADeP basée sur SPIP